Véhicules hors route

Tour d'horizon des inquiétudes et des recommandations

Les enfants et les jeunes sont particulièrement susceptibles d'être victimes de blessures et de décès liés aux véhicules hors route (VHR), car ils n'ont pas encore les connaissances, la capacité physique et les habiletés cognitives et motrices requises pour manœuvrer ces véhicules de façon sécuritaire.1

À ce titre, Parachute soutient des mesures de prévention des blessures, dont l'adoption de lois visant l'utilisation appropriée en fonction de l'âge, l'éducation des conducteurs, l'utilisation appropriée des équipements de protection, et l'interdiction de transporter des passagers.

Prescrire un âge d'utilisation légal

Les VHR présentent des risques considérables, dont la mort, pour les enfants, qu'ils soient conducteurs, passagers ou piétons. Selon les données du Système canadien hospitalier d'information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT), des blessures graves ont été subies par les enfants dans les aires de loisirs, sur les chemins, sur les routes et dans les exploitations agricoles.

Parachute se joint à un certain nombre d'organismes œuvrant à la prévention des blessures en exigeant qu'une règlementation touchant les VHR soit adoptée qui se fonde sur des preuves scientifiques et qui reflète les avantages des efforts de législation concernant les automobiles, y compris l'âge minimum de 16 ans pour les conducteurs. SécuriJeunes Canada recommande également l'adoption d'un âge légal minimal de 16 ans pour entreprendre des programmes de formation à la conduite de VHR.

Bien que nous soyons tout à fait en faveur d'une formation à la conduite de VHR, nous ne disposons pas de suffisamment de résultats d'études d'évaluation pour recommander une approche de formation particulière. Tel que susmentionné, SécuriJeunes Canada recommande l'adoption d'un âge légal minimal de 16 ans pour entreprendre des formations à la conduite. Toutefois, en l'absence de lois interdisant la conduite de VHR par les enfants de moins de seize ans, SécuriJeunes Canada reconnaît l'utilité d'éduquer les jeunes conducteurs des communautés rurales et agricoles aux fins de travail et de déplacement.

À la lumière des données des hôpitaux qui indiquent que les traumatismes crâniens constituent un risque grave dans les accidents de VHR, SécuriJeunes Canada préconise l'utilisation de casques et de vêtements adéquats pour les gens de tous âges dans le cadre d'activités impliquant des VHR.

Note en fin de texte

1 Canadian Paediatric Society. Preventing injuries from all-terrain vehicles. Paediatrics & Child Health 2004;9(5):337-40.