Réduire la vitesse

Quel rapport entre la vitesse et les blessures?

Vitesse des conducteurs

Les enfants sont plus à risque d’être renversés par une voiture dans des zones aux limites de vitesse plus élevées. En fait, l’augmentation de la vitesse des véhicules va de pair avec l’augmentation du risque de blessures. On estime qu’un piéton heurté par une voiture roulant à 50 km/h est huit fois plus susceptible d’être tué qu’une personne frappée par une voiture roulant à 30 km/h. Réduire sa vitesse au volant, même légèrement, peut donc faire une grande différence. Chaque diminution de 1,6 km/h de la vitesse moyenne réduit de 5 % les risques de collision avec un piéton. Il a été prouvé que la diminution de vitesse des véhicules était efficace pour prévenir les collisions et réduire la gravité des blessures. À une vitesse de 30 km/h, les véhicules et les piétons peuvent cohabiter de façon relativement sûre. Cela signifie que les conducteurs ont le temps de s’arrêter pour les piétons et que ceux-ci peuvent prendre de meilleures décisions lorsque vient le moment de traverser.

Garçon poussant le bouton passage pour piétonsChanger les attitudes et les comportements

Il incombe à tous les conducteurs d’assurer la sécurité des piétons. Les enfants consolident leurs capacités physiques et mentales jusque tard dans l’adolescence et ils sont souvent incapables de faire de bons jugements au sujet de la sécurité des piétons. Les conducteurs doivent s’attendre à ce que les enfants se conduisent comme des enfants.

Malheureusement, la vitesse est un problème courant au Canada. Selon la Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada, 2, 7 millions de Canadiens environ admettent qu’ils conduisent souvent bien plus vite que la limite de vitesse permise. Deux millions de personnes reconnaissent qu’elles accélèrent souvent pour passer un feu de circulation et quelque 670 000 indiquent qu’elles prennent des risques au volant, juste pour le plaisir. Il est intéressant de noter que les conducteurs ne sont pas en mesure de déterminer leur vitesse au volant de façon exacte et que, par conséquent, ils ne ralentiront pas forcément en voyant des enfants.

Il peut s’avérer très utile d’avertir les conducteurs qui font des excès de vitesse. Selon Transports Canada, 72 pour cent des conducteurs canadiens soutiennent l’idée de panneaux d’avertissement routiers leur signalant qu'ils roulent à vitesse excessive. En outre, les radars et les amendes peuvent contribuer à faire respecter les limitations de vitesse dans les secteurs résidentiels et scolaires.  Une étude a démontré que la présence de panneaux d’avertissement, de caméras et d’agents de police réduisait, dans une proportion de 70 %, le nombre de véhicules excédant de 10 km/h la vitesse permise. Dans plusieurs autres pays, notamment aux États-Unis, la réduction des limites de vitesse a permis de faire diminuer les accidents de la route, dans une proportion s’échelonnant de huit à quarante pour cent.

Panneau de zone modération de la circulationModifier l’environnement - modération de la circulation

Des modifications ou des obstacles physiques peuvent décourager la vitesse et avoir un impact important sur le nombre et la gravité des accidents impliquant des piétons. Une étude faite au Danemark a permis d’établir que la modération de la circulation réduisait, dans une proportion de 60 pour cent, les blessures infligées aux piétons. Voici un aperçu des mesures traditionnelles de modération de la circulation : dos d’âne, rétrécissement de chaussée ou ajout de refuges piétonniers ou d’avancées de trottoir. 

De récentes études ont démontré que d’autres éléments intéressants pouvaient modérer la circulation. À titre d’exemple, les arbres jouent un rôle pour réduire la vitesse des conducteurs. Ils protègent les piétons de la circulation tout en délimitant clairement le bord de la chaussée. Il est intéressant de noter que les rues bordées d’arbres aident également les conducteurs à évaluer visuellement, et donc à réduire, leur vitesse. Les arbres rendent également la marche plus agréable et améliorent la qualité de l’air.

Plus il y a de piétons, moins ils courent le risque d’être blessés. En effet, lorsque les conducteurs voient des promeneurs, ils ralentissent généralement. En outre, l’inquiétude croissante que suscite la qualité de l’air pourrait engendrer un regain d’intérêt pour la marche, aux dépens de la conduite. Il pourrait alors y avoir davantage de piétons, ce qui permettrait d’améliorer la sécurité sur la route.

Beaucoup de communautés de tout le Canada cherchent à se prévaloir de méthodes visant à ralentir le trafic qui transite dans les quartiers résidentiels, en modifiant les limites de vitesse autorisées, en ciblant le comportement des conducteurs ou en apportant des modifications matérielles. Toutes ces méthodes contribuent à faire diminuer le nombre de blessures et à épargner des vies.