Préoccupations

Vous avez des préoccupations concernant une aire de jeu?

Renseignez-vous au sujet de la sécurité des aires de jeu.

Elle décrit l’importance d’un bon revêtement sous l’équipement de jeu, ainsi que quelques facteurs importants relatifs à la conception de l’équipement de jeu. Elle fournit également des conseils de sécurité afin d’assurer une supervision active pendant que les enfants jouent. Les parents et les responsables des enfants peuvent aider à assurer la sécurité des aires de jeu en vérifiant la présence d’équipement endommagé, d’objets dangereux ou d’autres dangers lors de chaque visite à une aire de jeu.

Renseignez-vous pour savoir qui est le propriétaire ou l’exploitant de l’aire de jeu.
La norme relative aux aires de jeu de l’Association canadienne de normalisation (CSA) exige que les aires de jeu publiques affichent le nom de l’organisme qui exploite l’aire de jeu et un numéro de téléphone ou d’autres coordonnées.

Communiquez avec le propriétaire ou l’exploitant de l’aire de jeu, ou la personne chargée de l’entretien.
Décrivez votre préoccupation spécifique et demandez la date de la dernière inspection de l’aire de jeu. Décrivez l’équipement ou la section de l’aire de jeu que vous estimez être peu sécuritaire. La norme de la CSA exige trois types de vérifications de l’entretien : des inspections visuelles quotidiennes ou hebdomadaires, des inspections détaillées mensuelles et un entretien saisonnier planifié. Elle exige également que les exploitants d’aires de jeu testent périodiquement le revêtement de protection sous l’aire de jeu (la CSA ne précise pas la fréquence à laquelle ce test doit être effectué, mais une fois par an peut être considéré comme étant raisonnable).

Assurez le suivi de votre préoccupation afin de vous assurer que les mesures nécessaires sont prises pour évaluer la sécurité de votre aire de jeu communautaire et, au besoin, pour la rendre plus sûre.

Voici quelques étapes qui peuvent vous aider à faire résoudre votre préoccupation :

  • Appelez la personne chargée de l’aire de jeu ou envoyez-lui un courriel. Expliquez que votre objectif est de vous assurer que l’aire de jeu est sûre.
  • Décrivez votre préoccupation spécifique et demandez comment le problème sera résolu. Demandez à la personne avec qui vous communiquez combien de temps il faudra probablement pour que le problème soit résolu.
  • Si vous lui parlez au téléphone, demandez une adresse postale ou de courriel afin que vous puissiez assurer le suivi par écrit. Écrivez une lettre ou un courriel qui confirme votre conversation et décrit les mesures qu’on vous a dit qui seraient effectuées. Le cas échéant, joignez des photos. Envoyez la lettre originale ou le courriel à la personne-ressource de l’aire de jeu avec qui vous avez parlé, et, si vous écrivez une lettre, gardez une copie pour vos dossiers.
  • Gardez la liste de vos appels ou de vos courriels. Si vous appelez, consignez la date et l’heure de l’appel et le nom de la personne à qui vous avez parlé.
  • Visitez l’aire de jeu ou assurez le suivi avec un autre appel ou un autre courriel afin de vérifier si le problème a été résolu.
  • Célébrez votre réussite! Lorsque votre préoccupation relative à la sécurité a été résolue, envoyez une lettre ou un courriel de remerciement à la personne responsable et aux autres personnes avec qui vous avez communiqué relativement au problème.
  • Si vous n’êtes pas satisfait des résultats, appelez la personne-ressource à nouveau ou envoyez-lui un autre courriel. Soyez persévérant concernant la nécessité de vous assurer que l’aire de jeu ne présente pas de risque de blessure inacceptable pour les enfants qui y jouent.
  • Si vous n’êtes toujours pas satisfait, vous devrez impliquer d’autres personnes en appelant le superviseur de la personne-ressource. Vous pourriez également vous renseigner afin de déterminer s’il y a un autre bureau (p. ex., votre bureau local de la santé publique) qui aurait comme mandat d’assurer la sécurité des enfants dans ce cadre. Vous devrez peut-être communiquer avec les politiciens municipaux ou informer un journal local, car la publicité mène parfois à l’action.

Avec qui communiquer :

Au Canada, bon nombre d’aires de jeu appartiennent aux municipalités ou aux conseils scolaires, qui peuvent également en être les exploitants.

Voici une liste des propriétaires et exploitants communs des aires de jeu et les personnes-ressources suggérées :

Emplacement de l’aire de jeu Personne-ressource suggérée
Parc public Directeur des parcs ou des loisirs de la municipalité
Premières Nations Directeur des loisirs, directeur d’école ou conseil de bande
Terrain des écoles Directeur d’école, personnel du conseil scolaire ou administrateur
Garderie Superviseur ou directeur
Immeuble d’habitation Superintendant
Complexe de condominiums ou de maisons en rangée Société de gestion
Centre commercial Directeur ou directeur général
Centre communautaire Directeur ou directeur général
Restaurant Directeur général ou propriétaire


Avez-vous des exemples de dangers graves présents dans les aires de jeu, pour lesquels une réparation immédiate s’impose?

Les dangers qui peuvent tuer ou blesser gravement un enfant doivent être réparés immédiatement. En voici quelques exemples :

Risque de strangulation. Un risque de strangulation est un point où les cordons des vêtements ou les vêtements amples peuvent rester pris ou s’emmêler, étranglant ainsi un enfant. Le haut des glissades et les perches de pompiers, ainsi que toute pièce de matériel mobile (balançoires, carrousels) doivent faire l’objet d’une inspection minutieuse, afin de détecter tout risque de coincement d’un cordon, d’une écharpe ou d’un vêtement quelconque porté au niveau du cou. Depuis le début des années 1980, presque tous les décès d’enfants sur des aires de jeu sont associés à la strangulation.

Revêtement inadéquat sous le matériel installé en hauteur. Les revêtements sécuritaires contribuent à protéger les enfants en cas de chute. Les chutes sur des revêtements durs peuvent entraîner des blessures graves, par exemple des fractures osseuses, des traumatismes crâniens et des blessures aux organes internes. Les revêtements adéquats, relativement peu coûteux, sont essentiels pour assurer la sécurité d’une aire de jeu. La plupart des blessures qui ont lieu sur les aires de jeu sont le résultat de chutes.

Depuis 2003, la CSA exige que tous les types de revêtements d’aires de jeu fassent l’objet tous les ans d’« essais de choc » afin de vérifier leur capacité à absorber les chocs. Les surfaces particulaires doivent avoir une épaisseur de 15 à 30 centimètres (6 à 12 pouces).

Risque de coincement de la tête et du cou. Il s’agit ici des espaces, sur les aires de jeu, qui sont suffisamment grands pour laisser passer le corps d’un enfant en bas âge, mais assez petits pour coincer sa tête. Étant donné que les bambins et les enfants d’âge préscolaire ont une grosse tête par rapport à la taille de leur corps, cela constitue un danger grave. Les principaux endroits à inspecter sont l’espace entre les marches, les espaces dans les rampes horizontales, ainsi que les espaces entre les plateformes de hauteurs différentes. Les ouvertures sécuritaires sont soit inférieures à 9 cm (3,5 po), soit supérieures à 22,5 cm (9 po). Les ouvertures non sécuritaires peuvent être facilement modifiées à court terme (en installant par exemple des contremarches.)