L’étouffement

Les accidents affectant la respiration – suffocation, strangulation, étouffement et coincement – sont la quatrième cause de décès consécutifs à des blessures chez les enfants canadiens.

Les enfants qui y survivent peuvent subir un dommage cérébral, à cause de la privation d’oxygène pendant un certain temps.

Les principales causes des accidents affectant la respiration sont les suivantes chez les jeunes enfants: étouffement sur des aliments et de petits objets, étranglement par des objets comme des cordes ou des cordons de rideau et suffocation dans des lits d’enfants ou des lits d’adultes.

Prévention efficace de la suffocation

Enfant assis sur une chaise haute mâcher des aliments mousÉloigner les enfants de moins de trois ans des causes possibles d’étranglement. Ne pas donner à un enfant de moins de 3 ans des fruits secs (noix, amandes, noisettes, etc.), des carottes crues ou du maïs soufflé. Ne mettre aucun objet de petite dimension près d’un enfant. Tout objet suffisamment petit pour pouvoir être inséré dans le rouleau de carton d’un rouleau de papier toilette peut provoquer des étouffements chez un enfant. Ne pas non plus donner à un enfant ou laisser près de lui des ballons en latex.

Éliminer ou modifier tout objet pouvant provoquer des étranglements. Les objets les plus souvent associés aux étranglements sont les cordons de rideaux ou de stores. Ces derniers doivent être raccourcis, noués les uns aux autres et éloignés des mains des enfants.

S’assurer que les enfants dorment dans des endroits ne comportant aucun risque. Les jeunes enfants doivent dormir dans des lits ou des berceaux qui ont été fabriqués après 1986. Ils ne doivent pas dormir dans une literie molle où ils peuvent s’étouffer, comme les couettes, les oreillers, les bordures de protection, ainsi qu’avec des animaux en peluche.1  N’utilisez pas les sièges d’auto pour dormir dans la maison et assurez que les bébés et les tous petits sont toujours placés sur leur dos pour dormir.

Adopter de nouveaux règlements. Tout ce qui se rapporte à la réglementation est très efficace pour réduire les accidents et les décès. Par exemple, la dernière modification des règlements sur les lits d’enfants et les berceaux, qui date de 1986, a permis de fabriquer de matelas plus sûrs pour éviter les décès en se coinçant la tête. Entre 1972 et 1986, 43 décès ont été attribués à des lits d’enfants. Au cours des deux décennies suivant cette modification, 37 décès ont été recensés, dont 36 liés à des lits d’enfants fabriqués avant 1986.2

Note en fin de texte

1 Nakamura S, Wind M, Danello MA. Review of hazards associated with children placed in adult beds. Archives of Pediatric and Adolescent Medicine. 1999;153:1019–1023.
2 Santé Canada. Sécurité des produits de consommation. 2006: Ottawa.