La sécurité des piétons - les faits

Les blessures sont la cause principale de décès et d'invalidité chez les enfants et les jeunes au Canada

Bien que le nombre d'enfants canadiens tués ou blessés lors d'accidents survenus lors des déplacements à pied continue de diminuer, chaque accident mortel représente une tragédie qui, le plus souvent, aurait pu être évitée. Les blessures subies par les enfants qui se déplacent à pied sont souvent graves. Bien que la survie de l'enfant soit possible, le rétablissement peut impliquer une invalidité de longue durée, un stress émotionnel et un fardeau financier subis par l'enfant et par sa famille pendant des années et même toute sa vie.

Pour traverser une rue de manière indépendante ET sécuritaire, les enfants doivent posséder trois compétences qui ne sont généralement PAS acquises avant l'âge de 9 à 11 ans :

  1. La capacité à déterminer et à emprunter un parcours de traversée sécuritaire
  2. La capacité à évaluer de manière réaliste la vitesse d'un véhicule
  3. Les moyens cognitifs de juger les espacements sécuritaires entre les véhicules

Cela signifie qu'il faut surveiller les enfants qui n'ont pas encore atteint ce stade!

Le saviez-vous?

  • Les enfants sont vulnérables aux blessures subies lors des déplacements à pied parce qu'ils n'ont pas encore développé les aptitudes cognitives et physiques nécessaires pour faire face aux les nombreux défis présentés par la circulation.
  • La présence de parents ou d'autres personnes qui s'occupent des enfants peut, à elle seule, contribuer à réduire le risque de blessure.Enfant regardant un panneau indicateur de vitesse  maximum 40.
  • Les enfants de 10 à 14 ans ont l'incidence la plus élevée de blessures subies lors des déplacements à pied; cependant, le risque de décès liés à des déplacements à pied est plus élevé pour une plage d'âges plus étendue (enfants de 5 à 14 ans).
  • Le comportement entraînant la mort ou des blessures chez les jeunes piétons le plus fréquemment signalé est la traversée d'une intersection, suivi par le fait de s'engager en courant sur la route.
  • La majorité des blessures et des décès chez les enfants piétons se produisent dans les régions urbaines. Toutefois, lorsqu'un piéton est heurté par une voiture dans une route rurale, il est plus à risque d'en mourir en raison de la vitesse plus élevée des véhicules.
  • Davantage d'enfants subissent des blessures lors des déplacements à pied au cours des mois de septembre et d'octobre, suivis des mois de mai et de juin.
  • Les enfants risquent davantage d'être frappés par un véhicule dans les zones de circulation intense, de densité élevée de véhicules stationnés, et dans celles où il existe peu d'endroits pour jouer, tels qu'un parc de voisinage. L'on a également démontré que les quartiers à faible revenu, particulièrement ceux qui se trouvent en milieu urbain, présentent un risque plus élevé de blessures chez les enfants piétons.
  • Bien que les taux de blessures et de décès chez les enfants piétons soient plus élevés chez les garçons, l'écart entre les sexes semble se rétrécir.

Nouvelles études

Des études préliminaires auprès d'enfants de 10 et de 11 ans indiquent de façon concluante que le fait de parler sur un téléphone cellulaire en traversant la rue augmente d'un tiers le risque qu'un enfant soit frappé par un véhicule. Les chercheurs de l'Université de l'Alabama conseillent aux parents de recommander à leurs enfants de ne pas utiliser leur téléphone cellulaire lorsqu'ils traversent la rue et de donner toute leur attention à ce qui les entoure. La distraction créée par une conversation au téléphone et son impact négatif sur les décisions prises par l'enfant lorsqu'il traverse la rue amènent les chercheurs à avancer des hypothèses concernant l'effet possible d'autres appareils, par exemple les lecteurs MP3 ou l'envoi de messages textes. Ils recommandent que d'autres études dans ce domaine soient effectuées.

Qu'est-ce que la vitesse a à voir avec tout ça?

  1. Une réduction de la vitesse réduit le risque que des piétons soient blessés ou tués.
  2. Une augmentation du nombre de piétons augmente la sensibilisation des conducteurs, ce qui entraîne une réduction de la vitesse.
  3. Les arbres ont un effet sur la vitesse : les conducteurs ralentissent lorsque les rues sont bordées d'arbres.

Téléchargez la sécurité des piétons - les faits (pdf)