Conseils de sécurité à l’intention des piétons

Enseigner aux enfants la sécurité des piétons

Joignez le geste à la parole et montrez l’exemple à vos enfants. Votre présence et vos conseils peuvent contribuer à réduire le risque de blessures.

Commencez à parler de la sécurité à vos enfants dès leur plus jeune âge, en transmettant au début de l’information simple. Bon nombre de jeunes enfants sont fascinés par les voitures et les camions. Un enfant de deux ans dans une poussette peut comprendre que les voitures appartiennent à la route et les personnes au trottoir. On peut enseigner à un enfant de trois ou quatre ans qu’il faut toujours tenir la main d’un adulte pour traverser la rue. L’enfant peut vous aider à regarder des deux côtés de la rue et apprendre qu’il est dangereux de courir sur la route, même si c’est après son jouet favori.

Misez sur vos conversations antérieures en utilisant de l’information adaptée au niveau de compréhension de votre enfant. Les discussions peuvent surgir naturellement car il y a beaucoup d’occasions et de circonstances qui appellent un bref commentaire ou un moment propice à l’éducation.

  • Lorsque le temps change (neige, brouillard, pluie);
  • Lorsqu’un ballon se retrouve sur la route;
  • Lorsque vous êtes témoins d’une traversée illégale ou d’une autre pratique dangereuse de la part d’un piéton;
  • Lorsque vous empruntez ou décidez d’emprunter un nouveau chemin pour vous rendre à l’école ou au terrain de jeux;
  • Lorsque vous visitez un nouvel endroit;
  • Lorsque vous déménagez dans un nouveau quartier;
  • Lorsque votre enfant marche avec des amis pour la première fois;
  • Lorsque votre enfant se prépare à marcher seul pour la première fois;

Lorsque vous traversez, mettez des mots sur vos actions. Montrez à votre enfant comment utiliser ses yeux et ses oreilles. En tout temps, réfléchissez, regardez  et écoutez. C’est ainsi que devraient agir les enfants, même en présence d’un brigadier scolaire ou d’un feu de circulation.

Apprenez-leur à s’arrêter pour regarder à gauche, à droite, puis de nouveau à gauche et à écouter si une voiture s’en vient. Lorsque la voie est libre, ou que toutes les voitures sont à l’arrêt, au passage piétonnier ou à l’intersection, montrez-leur comment traverser, sans revenir sur leurs pas ni courir. Précisez aux enfants qu’ils ne doivent pas traverser entre des voitures garées ni au milieu de la rue mais bien à un croisement. Dîtes-leur également que les voies d’accès et les ruelles doivent être considérées comme des petites routes et qu’il faut donc surveiller les voitures en marche. S’il n’y a pas de trottoir, ils doivent marcher en file indienne, loin de la route, face à la circulation. Après un certain temps, ces comportements iront de soi pour vos enfants.

Marcher et parler en même temps…

Si votre enfant possède un téléphone cellulaire ou un quelconque appareil électronique portatif, imposez-lui une règle : il ne doit pas l’utiliser en marchant, tout particulièrement lorsqu’il traverse la rue. Les enfants courent un risque beaucoup plus élevé d’être heurté par un véhicule lorsqu’ils sont soumis à la distraction. Rappelez à votre jeune que marcher en compagnie d’un groupe d’enfants peut détourner son attention et lui faire prendre des risques lorsqu’il traverse. Marcher avec des amis peut être très agréable mais il ne faut pas oublier les règles de sécurité.

Soyez un modèle de comportement

Montrez l’exemple en marchant et en abordant avec votre enfant les règles de prudence pour les piétons. Avec le temps, votre façon d’agir régulière s’ancrera  profondément dans son approche pour traverser. N’oubliez pas toutefois que si vous traversez illégalement ou en courant pour éviter le feu rouge avec votre enfant, ou parlez au téléphone en marchant, vous devez vous attendre à ce que vos enfant fassent de même lorsqu’ils traversent seuls.

Demandez aux personnes qui s’occupent de vos enfants (grands-parents, personnel de garderie) de discuter avec eux de la façon de traverser sans danger, lors des sorties.

Trois compétences importantes que doit acquérir votre enfant pour marcher sans supervision.

Les enfants doivent acquérir trois compétences importantes avant de pouvoir marcher de façon autonome. En règle générale, elles ne sont pas acquises avant l’âge de neuf à onze ans. Les enfants devraient pouvoir :

  1. déterminer et emprunter un parcours de traversée sécuritaire;
  2. évaluer de manière réaliste la vitesse d’un véhicule;
  3. juger les espacements sécuritaires entre les véhicules.

Superviser les enfants qui ne maitrisent pas encore ces habiletés.

Les bienfaits de la marche…

Beaucoup de communautés canadiennes désirent promouvoir la marche, pour les avantages qu’elle représente sur le plan de la santé et en tant qu’initiative « écologique ». Dans certaines communautés, cela peut par la suite redonner aux familles l’envie d’effectuer à pied le trajet entre le domicile et l’école. Il est essentiel d’encourager les parents et les gardiens à aborder avec les enfants le problème de la sécurité des piétons, dans le cadre de ces marches. Il est tout aussi important de créer des communautés propices à la marche où l’on fait la promotion de milieux sécuritaires et adaptés aux piétons. Une augmentation du nombre de piétons donnera lieu à une meilleure prise de conscience de la part des conducteurs. Ceux-ci réduiront ainsi leur vitesse et il en résultera moins de blessures pour les enfants piétons.