ORGANISME NATIONAL À BUT NON LUCRATIF QUI A POUR MISSION DE PRÉVENIR LES BLESSURES ET DE SAUVER DES VIES.
Sécurité des piétons

Sécurité des piétons

Marchez en toute sécurité annonce de service public

 

Les blessures subies par les piétons sont souvent graves. Bien que la majorité des enfants survivent à une collision avec une voiture, ils sont souvent victimes d’invalidités à long terme, comme des séquelles définitives à la tête, à des organes et des lésions osseuses. Le coût économique et sociétal des blessures dont les piétons sont les victimes est souvent élevé. La recherche démontre que les facteurs de risque les plus élevés sont les suivants, entre autres, en matière de blessures chez les piétons : la vitesse des véhicules, le comportement risqué des enfants, le manque de surveillance d’un adulte et la traversée des rues aux endroits sans contrôle de la circulation.

Prévention efficace des blessures

Limiter la vitesse de la circulation. Quand la vitesse d’un véhicule dépasse 30 à 40 km/h, le conducteur et les piétons sont plus susceptibles de commettre des erreurs pour évaluer le temps nécessaire à un arrêt ou pour traverser une rue en toute sécurité.1 De plus, il est bien connu que les conducteurs sous-estiment leur vitesse.2 La limitation de la vitesse des véhicules s’est avérée efficace pour éviter des accidents et réduire la gravité des blessures.1

Même de légères limitations dans la vitesse des véhicules peuvent se traduire par une nette diminution du risque de blessures. Un piéton heurté par une voiture se déplaçant à 50 km/h est huit fois plus susceptible, selon les estimations, de décéder des suites de cette collision qu’une personne heurtée par un véhicule se déplaçant à 30 km/h.3

Enseigner la sécurité. Inciter les parents à enseigner à leurs enfants les règles de base liées à la sécurité des piétons. Les adultes doivent commencer à initier leurs enfants à la sécurité dès qu’ils les emmènent dehors pour la première fois pour marcher, et poursuivre cet enseignement jusqu’à l’adolescence. Il est essentiel que les parents expliquent à leurs enfants ce qui se passe dans la rue quand ils sont dehors à pied - cela est d’autant plus important que la simple présence de parents peut permettre de réduire les risques de blessures.4

Parler aux enfants de sécurité et leur montrer comment traverser une rue en toute sécurité (dans plusieurs types de situation) leur permettra de prendre eux-mêmes des décisions sur leur propre sécurité.5

Cet enseignement doit être fait en fonction de l’âge de l’enfant et de son développement, lequel change de façon significative entre l’âge de 7 et de 14 ans. Il est donc important de tenir compte de cette évolution.

Rendre les collectivités plus conviviales pour les piétons. De récents travaux de recherche effectués aux États-Unis et en Europe ont établi un rapprochement entre la convivialité des collectivités pour les piétons et le nombre inférieur d’accidents chez ces derniers.6 Ces collectivités favorisent la marche grâce à des parcours piétonniers attrayants (avec des arbres et des sentiers, par exemple) et sûrs (grâce à des trottoirs et des passages pour piétons).

Les risques d'utilisation des téléphones cellulaires en traversant la rueUn groupe de gens debout à côté d'un dos d'âne

Des études préliminaires effectuées avec d’enfants de 10 et de 11 ans à l'Université de l'Alabama en Birmingham indiquent que des enfants ont un risque augmenté d'un tiers d'être frappé ou presque frappé par un véhicule. Les enfants marchaient à travers les passages routiers simulés dans un environnement virtuel et interactif. Les résultats ont indiqué que la sécurité des enfants piétons a été compromise quand ils ont été distraits par une conversation au téléphone cellulaire. Alors que distraits, ils étaient moins attentifs à la circulation; ils n’ont pas laissé assez de temps entre leur traversée et le prochain véhicule arrivant; et ils ont rencontré plus de collisions ou presque collisions avec la circulation. Les chercheurs croient que d'autres distractions en traversant la rue, comme écouter de la musique, la messagerie texte, et parler avec des amis pourrait également augmenter la probabilité de comportement risqué des piétons.7

Liens intéressants

Rapport relatif aux blessures subies par les enfants piétons 2007 - 2008

Note en fin de texte

1 World Health Organization. World report on road traffic injury prevention. Geneva: World Health Organization; 2004.
2 Harre N. Discrepancy between actual and estimated speeds of drivers in the presence of child pedestrians. Inj Prev 2003;9(1):38-41.
3 World Health Organization. Safer roads: five key areas for effective interventions; 2004 [cited 2009 Apr 15].
4 Roberts I. Adult accompaniment and the risk of pedestrian injury on the school-home journey. Inj Prev 1995;1:242-4.
5 Duperrex O, Bunn F, Roberts I. Safety education of pedestrians for injury prevention: a systematic review of randomised controlled trials. BMJ 2002;324(7346):1129.
6 Jacobsen PL. Safety in numbers: more walkers and bicyclists, safer walking and bicycling. Inj Prev 2003;9:205-9.
Stavrinos D, Byington KW, Schwebel DC. Effect of cell phone distraction on pediatric pedestrian injury risk. Pediatrics 2009;123(2):e179-85.